En direct de la Mairie de Lille…

Mairie de Lille, mercredi 28 février, 19h20.

Heure habituelle à laquelle le Directeur Général des Services, Michel Vayssie vient éclairer la lanterne de Martine Aubry, Madame le Maire.

– Au fait Michel, rappelle moi ce qu’on a d’intéressant à l’ordre du jour demain.

– On a ‘Lille Neige’. Ça devrait…

– À part ça.

– On a le réseau ‘Villes et Villages des…

– Non, laisse tomber.

– ‘Les Lillois ont du Talent’ ?

– Ok mais plus tard.

– Il y aussi le ‘Plan Mégots’…

– Déjà vu, mais à part ça ?

– Ben, ce n’est pas à l’ordre du Conseil… Mais il y a un club de Quimper en Bretagne qui joue ici demain…

– Tu parles de l’UJAP ?

– Exactement.

– Vinguette ! Quelles sont nos chances Michel ?

– Pas facile Martine. On est presque au top au classement et l’UJAP est loin derrière nous. Mais ça reste l’UJAP… Ils étaient en pleine bourre en février et on espère que la trêve internationale aura coupé leur élan, leurs ardeurs.

– Ils ont des hardeurs dans l’équipe ???

– Non Martine. Ardeurs, sans le H !

– Ah, d’accord. Mais tu crois vraiment possible qu’un Kevin Mondésir ou qu’un Maxime Choplin manque d’ardeur ?

– Je sais Martine, c’est impossible. En plus, on a fait la connerie de laisser partir notre Calaisien chez eux.

– Paul-Lou ??? Aïe aïe aïe. On est mal !

– Tu l’as dit Martine. L’UJAP, cette année, ça ressemble un peu à un combat de Rocky Balboa. Ils se sont pris des coups et au moment où on les pensait à terre, KO, ils se relèvent et se mettent à taper à leur tour. Et c’est plutôt violent.

– J’ai horreur de la violence !

– Enfin ça reste du basket Martine.

– Et que peut-on faire concrètement ? Les arbitres peut-être ?

– Non, je ne crois pas que ce soit possible. Les arbitres ont déjà épuisé tout leur capital nuisance pour la saison contre l’UJAP.

– Bon, à quel hôtel sont-ils descendus ?

– Au Novotel.

– Rhaaa, si ça avait été au Carlton, on aurait pu tenter une DSK, mais là…

– Même pas. Ces gars-là ne sont pas du genre à…

– Une petite intoxication alimentaire ? Un tapage nocturne ? Un…

– Non, non. Impossible Martine. Il y a un certain Ronan Benot qui veille au grain. Il y a aussi Jean Signor.

– Ça me dit quelque chose. Il n’était pas général pour les services secrets russes ?

– Non Martine, mais tu n’es pas loin. C’est un Penn Sardin. Ne rigolons pas avec ça !

– Bon, on oublie alors. Ne reste plus qu’à croiser les doigts.

– Oui Martine, croisons les ensemble.