Le retour d’une Aix !

Monsieur Hugues Jappe a signé dans une nouvelle entreprise cet été. La LNB, c’est une sacrée boîte qui a le vent en poupe. Une sorte de start-up qui officie dans les domaines du sport et du spectacle. Hugues est ravi d’avoir intégré cette maison, d’autant que les prétendants étaient nombreux pour les deux seuls postes qu’il y avait à pourvoir.

La place est bonne, le salaire intéressant, avec un intéressement à la réussite de l’entreprise : plus celle-ci réussit, plus il a à gagner.

À son arrivée sur le perron des locaux prestigieux de LNB, notre héros a fait la rencontre de sa première collègue. « Bonjour, je suis monsieur Jappe, enchanté ! »

Son attrayante interlocutrice n’y alla pas par quatre chemins « Toi le nouveau, tu devras faire tes preuves. Je n’accorde ma confiance qu’à ceux qui en valent la peine. Je suis comme Saint Thomas. Prouve moi que tu fais l’affaire et on reparlera. » Quelle attitude hautaine ! Mais le nouveau ne tarda pas à lui prouver qu’il en avait dans le pantalon. Il lui sortit en effet une liste d’idées révolutionnaires qui traînait dans sa poche. Effet garanti !

Pénétrant dans les lieux, il s’attendait à découvrir un large open space comme on les imagine dans les entreprises d’aujourd’hui. Mais pas du tout. Chaque employé a son bureau. Les seules pièces communes sont la salle de réunion et la célèbre machine à café.

Dans l’étroit couloir qui doit le mener à son bureau, il tombe sous le charme de la jolie Vicky-Claire, une jeune sportive qui l’accueille chaleureusement. Elle lui présente le bureau qui sera le sien. « Vous êtes Bretons ? C’est ouf, je suis Auvergnate. Je sens qu’on va bien s’entendre !» Cette déclaration s’avérera prémonitoire.

Sans plus attendre, Hugues se met au travail. Une pile de dossiers repose en équilibre face à lui. Une odeur moisie règne dans cette pièce. Il doit faire quelque chose, aérer. Il ouvre la fenêtre et une violente bourrasque envoie valdinguer les dossiers qui l’attendaient. Malheur !

Il aura fallu 14 jours avant de réellement commencer le travail. 14 jours pour remettre dans l’ordre les pièces à étudier. Mais une fois son travail lancé, il se sent bien. Cette boîte lui plaît. Certes il y a Orléando, le beau gosse qui roule des mécaniques, toujours prêt à écraser les autres pour asseoir sa domination. Il y a aussi Charles-Bill qui squatte tout le temps la machine à café. Quel blagueur celui-là. Notre héros s’entend particulièrement bien avec lui et ils se retrouvent très souvent tous les deux au moment de la pause déjeuner.

Oh ce n’est pas facile tous les jours. Il y a des ratés mais Hugues apprend. On peut dire de lui qu’il fait son effet dans une équipe essentiellement féminine. Il multiplie les rencontres. Après Caendice qui réveilla en lui un côté fleur bleue, ce fut la jolie Lillou qui prit ses aises avec notre Apollon. À deux reprises, celle-ci abusa de sa candeur dans le cagibi derrière la machine à café. Vint le tour d’Eve-Renée. Celle-ci avait toujours un roman bien en évidence sur son bureau, ’50 Nuances de Gries’. Dès que notre Breton s’aventura dans son antre, elle ferma la porte à double tour derrière lui et sortit un attirail digne de donjon & dragons de son armoire. Quant à Nancy, la cougar du bureau, elle fut à deux doigts de dévorer Hugues tout cru après une réunion. Mais la relation la plus torride fut probablement celle que notre héros a entretenu avec Romanne, Elle travaillait l’an dernier à l’étage du dessus et aurait volontairement fait une demande de mutation lorsqu’elle jeta son dévolu sur notre tombeur.

C’est une vie très dissolue mais Hugues Jappe semble l’apprécier.

Ce vendredi, un événement s’apprête toutefois à bousculer sa vie encore plus. Dans ce joyeux bordel, voilà qu’une personne connue de notre Casanova fait son retour. Il s’agit d’une Aix. De son Aix…

Plusieurs options s’offrent à lui. Sera-t-il en mesure de résister à celle qu’il qualifiait jadis de Vaurienne ? Tombera-t-il à nouveau dans ses bras pour donner une nouvelle chance à leur histoire ? Sera-ce une aventure d’un soir emprunte de nostalgie ?

La réponse est à vivre vendredi. Arrivée de l’Aix prévue peu avant 20h.

À vos paris les amis. Qu’Hugues Jappe fasse pour le mieux !

Go Hugues Jappe !