Les voyants sont au vert

Ce soir se joue le dernier match de la saison à domicile. C’est l’équipe de Poitiers qui descend dans l’arène Gloaguen pour affronter nos béliers. Rudy Nelhomme vient se mesurer à Laurent Foirest, son collègue en EDF. Poitiers, ce sont de très bons souvenirs pour nous. C’est là-bas, lors des matchs aller que notre équipe sut relever la tête après une sombre série de 14 défaites. Nous les retrouvons ce soir en espérant un épilogue aussi heureux. Si les deux équipes sont concernées par la lutte pour le maintien, les enjeux sont légèrement différents ce soir. Une victoire de Poitiers permettrait à ces derniers de rester en Pro B sans même attendre la dernière journée. Ce n’est pas notre cas. Quoiqu’il advienne, nous devrons attendre vendredi prochain pour connaître le sort que nous réserve le Tout-puissant Esprit du Basket.

Bon nombre de nos spécialistes du ballon orange sondent les statistiques d’avant-match, d’autres croisent les doigts. Il y a des pessimistes qui espèrent être agréablement surpris et des optimistes qui vouent une confiance à toute épreuve à notre équipe. Yann a choisi de n’apparaître dans aucune de ces catégories. Lui, il préfère savoir. Il aime lire les résumés et la dernière page des livres avant de les commencer. Il scrute la météo même s’il ne mettra pas le nez dehors. Yann veut tout savoir avant. Il a horreur des surprises.

C’est donc en toute logique que Yann a souhaité se rendre à un salon de la voyance pour connaître la tournure du match de ce soir. Il m’a proposé de l’accompagner. Nous avons parcouru quelques centaines de kilomètres, avalé du bitume avant de débarquer dans une salle des fêtes entourée de fleurs et de panneaux annonçant un concert prochain du groupe local. Yann paye l’entrée. C’est pas donné du tout. Il s’en plaint : « ce n’était pas écrit que c’était payant sur l’annonce ». La personne de la billetterie lui répond logiquement qu’il suffisait du consulter un voyant pour le savoir. Nous nous acquittons de notre dû et nous dirigeons vers le premier stand. Monsieur Marc – ça ne s’invente pas – lit dans le marc de café. Nous lui demandons comment ce passera le match de ce soir. Il dispose du marc sur une feuille de papier canson. Il place une autre feuille par-dessus. Il les frotte délicatement pendant 30 secondes. Il retire la feuille du dessus. Incroyable, moi aussi je peux lire dans le marc. Il est distinctement écrit 3-0. Il nous dit qu’on va gagner. Je lui demande s’il s’agit du score du match. Il me répond par l’affirmative. Ce voyant ne connait visiblement rien au basket et sa prédiction est minable.

On se rend au stand voisin : ‘Kristel et le Cristal’. Le nom est prometteur. La jeune femme est avenante et dispose d’une très grosse boule de cristal avec un écran 10 pouces à l’intérieur intégré à celle-ci. On lui précise notre souhait. Elle trifouille un petit cable et pianote quelques secondes sur un clavier dans sa réserve. Elle revient, passe les mains sur sa boule et l’écran s’allume. Phénoménal ! C’est un résumé du match de ce soir. Il y a même le logo LNBTV et on voit tout bien distinctement. Hélas, il s’agit du match aller. On lui demande si elle n’a pas le match de ce soir. Elle nous dit qu’elle ne l’a pas encore, qu’il faudra nous revoir dans son cabinet dimanche, à Trifouille-les-Oies. « Elle se moque de nous, Yann ! » Lui, ne paraissait pas insensible à son charme et pensait qu’un petit tour à Trifouille-les-Oies ne serait pas pour lui déplaire.

Le stand d’à côté est tenu par Guy-Georges. Ce spécimen très en chair et avec une belle fraise en guise de nez propose de lire dans le vin rouge. Mais comble de malchance, il n’a plus de vin. « le vin rouge, quand on lit dedans, ça s’évapore » nous dit-il. En tout cas, ça à l’air de saouler aussi ! Tant pis.

Un peu plus loin, on repère un homme tout de vert vêtu. Un écriteau ‘écolo-voyance’ est suspendu au-dessus de lui. Nous venons à sa rencontre. Nous lui demandons de quel type de voyance il s’agit. Il nous explique qu’il s’agit de la voyance du futur. Que l’écologie est devenue une absolue nécessité pour la planète tout comme pour la voyance. Il pratique un mix de lecture de racines de chanvre combiné à l’ observation d’une photo de Noël Mamère. On tente le coup. Il nous décrit l’entre-deux, le premier quart-temps. Il se fait une tisane avec les racines utilisées. « En écologie, on ne perd rien ! nous explique-t-il ». Un petit regard sur la photo de Noël Mamère et il continue à tout nous raconter dans le détail jusqu’au coup de sifflet final.

Incroyable ! Nous le remercions et ravalons les kilomètres pour retourner chez nous. Le président Bernard Kervarec était au courant de cette intiative. Il m’envoie un sms « Alors, qu’en est-il ? ». Je lui répond simplement que « les voyants sont au vert ».

Quant à certains d’entre vous, lecteurs, vous souhaiteriez connaître le déroulement du match de ce soir ? Je pourrais vous l’écrire mais je ne tiens absolument pas à ce qu’on me traite de spoileur. Je vous l’écrirai une fois le match passé !

Sachez que le spectacle sera grand, que nos joueurs iront jusqu’au bout d’eux-mêmes et que la salle Michel Gloaguen résonnera jusqu’aux oreilles du roi Gradlon sur la cathédrale Saint-Corentin !

War-raok an UJAP ! Betek an trec’h !