On tente les quatre à la suite !

– Bonjour les amis ! Vous avez bien fait de nous rejoindre pour notre rendez-vous quotidien de « Questions pour un … Champion » ! Aujourd’hui, ce sont deux super candidats qui s’affrontent. À ma gauche, l’ADA Blois, notre champion qui remet son titre en jeu après avoir vaincu Caen, Charleville puis Vichy. À ma droite, le challenger, l’UJAP Quimper qui a montré de très belles choses sur les épreuves précédentes, en venant à bout de Nancy, Saint-Chamond puis Nantes. Mais qui des deux sera sacré champion ce soir ? Vous le saurez à l’issue de l’épreuve des quatre à la suite !

Juste avant de rentrer dans le vif du sujet, cher ADA, pouvez-vous dire quelques mots sur vous à nos téléspectateurs ?

– Bonjour, je me prénomme ADA, je viens du Loir-et-Cher, j’ai 111 ans et toutes mes dents ah ah !

– Super Monsieur Blois, on m’a dit que vous aviez une petite anecdote concernant votre prénom…

– Tout à fait, à quelques reprises, on m’a confondu avec une entreprise de location de voitures, installée à Blois, rue Roland Dorgelès. J’ai l’habitude maintenant de leur répondre « allez vous faire voir chez Avis ! » Ah ah ah ! Mon prénom est très poétique et je n’aime pas qu’on le moque. Il signifie Abeille des Aydes.

– Vous êtes venus en équipe. Pouvez-vous nous dire qui est ici avec vous ?

– Alors, le petit brun avec les cheveux courts, là, c’est Mickaël Hay, mon entraîneur. À gauche, il y a trois américains, Tyren Johnson, ailier fort, Jonathan Augustin-Fairell, pivot et Torey Thomas le meneur. À droite il y a Florian Thibedore et ses copains.

– Très bien, merci. Et vous UJAP, dites nous un peu qui vous êtes.

– Je m’appelle UJAP et je suis Breton. Je dois beaucoup à mon entraîneur Laurent Foirest qui est… Ha, je ne le vois pas. Il va probablement arriver très vite. Il est venu me soutenir avec Mathieu, Bernard, Kammeon, Bozo, Maxime, Thomas, Kevin, Paul-Lou, Efe et Jean-Dieudonné. Je veux aussi faire un petit coucou à Bernard et Patrick, qui se cachent derrière les grands là et à Hamid et Pierre qui me donnent régulièrement à manger.

– Bien vous êtes prêts ? C’est parti pour l’épreuve des quatre à la suite …

« Stop ! Arrêtez tout ! » C’est Laurent Foirest qui pénètre sur le plateau. Il me fixe d’un regard noir. « Mais c’est pas vrai ça. D’habitude, tes chroniques sont limites, tu racontes ta vie mais là ça devient vraiment, vraiment, vraiment n’importe quoi !  Déjà, le match, c’est pas ce soir qu’on le joue, c’est demain, vendredi à 20h à la salle Gloaguen, pas dans les studios d’un jeu télévisé pour vieux !»

Il a raison. Nous ne serons pas sur un plateau de jeu TV. Il ne s’agit pas de ‘Questions pour un champion’. Samuel Etienne ne sera pas avec nous demain à la salle Michel Gloaguen. Mais nos champions à nous vont quand même tenter de signer leur quatrième victoire de rang. Une résurrection a eu lieu à Nancy. Une nouvelle équipe est née et a enchaîné les victoires. Elle s’apprête maintenant à défier le leader de la division, l’ADA Blois en le regardant droit dans les yeux. Un studio de télé aurait été bien trop petit pour tous nous accueillir. Nous serons encore très nombreux dans les tribunes pour instiller cette magie qui fut si efficace il y a quinze jours ici et la semaine dernière à Nantes. Nous allons galvaniser nos joueurs préférés et les pousser vers une des plus prestigieuses victoires de la saison !

War-raok UJAP !