Sans défense face à l’ogre de la Pro B

Des matchs comme ceux de vendredi, on préfère les oublier. Et pourtant… on en reparle. Pas parce qu’on aime se faire mal mais pour tenter d’analyser les faiblesses apparues clairement depuis deux rencontres et pour re-la-ti-vi-ser !

Il y a tout d’abord les évidences. La défense de vendredi était une passoire. Les Orléanais ont dépassé la barre des 100 points, celle qui fait mal. 110 points ! Aïe ça pique ! La défense ujapiste était trouée. Essayez d’arrêter un banc de thons avec une épuisette, vous verrez ! Il y avait peut-être un sentiment de ce genre dans l’esprit de Laurent Foirest en constatant l’impuissance défensive de ses joueurs. Notre coach avait demandé de la dureté. Il n’a pas été servi !

Une statistique fait cruellement mal dans le secteur défensif. Il s’agit des paniers accordés près de l’arceau : 22 sur 25 tentés… Il va falloir défendre beaucoup plus dur dessous !

Si le sentiment est morose après deux lourdes défaites, il faut toutefois relativiser. Pour se mettre un peu de baume au cœur on relèvera que :

  • Si ce n’est pas Sommerville qui nous a fait la chanson vendredi, c’est Halilovic, McAlarney et l’ensemble de l’équipe orléanaise qui nous ont fait danser. Cette équipe est hors norme !

  • Combien d’équipes viendront s’imposer dans le Loiret ? Une ? Deux ? Aucune ?

  • Nous sommes 12ème au classement après 5 journées. C’est un bilan qui correspond à ce qu’on attend d’une équipe visant le maintien. Ce qui est notre cas.

Maintenant, nos irréductibles sont de nouveau au travail et nous promettent un bien meilleur spectacle samedi.

On sera là !

Keven Ar Fur