Un match de traînards qui ratent le train !

« Il suffira d’une étincelle ! » chantait un illustre interprète dont l’héritage fait débat… Mais les quelques étincelles visibles mardi soir n’ont pas suffi à allumer le feu. En 1ère mi-temps, elles furent à mettre à l’actif d’un Kammeon diablement efficace et d’un Kevin virevoltant. Mais les Rouennais d’Emegano empêchèrent tout départ d’incendie et creusèrent même un premier écart avant de rejoindre les vestiaires (48-41). Au début du 3ème quart-temps Bernard King à 3 points puis Mathieu Tensorer à 2 tentent à leur tour d’allumer la mèche. Peine perdue. Des petites erreurs cumulées, un double-pas raté d’Efe, un contre illégal après une faute sifflée, un écran mobile en attaque ou encore un pied sur la ligne agissent comme des seaux d’eau jetés à la figure de nos apprentis pyrotechniciens.

Il semble impossible de gagner ce match par la grande porte, en dominant son adversaire. Le scénario espéré revêt alors la forme d’un match de traînards. C’est un peu comme lorsqu’un antihéros ou un personnage transparent durant tout le film rafle le magot à la toute fin. Cette équipe peut y arriver tout en restant cachée pendant une bonne partie du match. Pour cela, il faut rester au contact de l’adversaire, imprimer un faux rythme, le faire déjouer et lui passer définitivement devant dans les dernières minutes. Sur ces 4 prérogatives, seules les trois premières ont été à peu près respectées. On était trop à la traîne sur la dernière pour être de bons traînards !

Ce scénario aurait pu prendre cette allure :

– à 5mn du buzzer final, Kevin reçoit la balle dans le corner, feinte puis va claquer un dunk avec une faute en prime. (73-70)

– Varanauskas répond par une tentative à trois points qui tournoie autour du cercle mais se refuse à le traverser.

– Kammeon se saisit de la balle.

– Max trouve Bernard, oublié derrière la ligne à 3 points (73-73)

– Le SPO est sonné. Monceau nous fait une fleur en nous rendant directement la balle. Max trouve Paul-Lou pour le lay-up. (73-75)

– Rouen ne se relèvera plus…

Voilà ce qu’aurait pu être le scénario de la fin de match. Hélas, il faudra repasser pour vivre une victoire de traînard.

Le train de la Pro B, lui, n’attend pas et le prochain arrêt sera à Nancy mardi prochain. Et en Lorraine, pas question de passer pour des quiches !