Y a-t-il un sorcier vaudou dans le public ?

Encore un bon match, très bon même si l’on excepte 6 malheureuses minutes durant le 3è quart-temps. Le nouveau venu, Bernard King, qualifié in-extremis pour jouer la rencontre, marque d’entrée son empreinte dans l’équipe. Il signe une très belle évaluation de 20. À ses côtés, Mathieu Tensorer fut une nouvelle fois impérial (19 points). Paul-Lou Duwiquet et Maxime Choplin brillèrent eux aussi. Kevin Mondésir a une nouvelle fois tout tenté.

Mais tous ces efforts furent vains. Ces 6 minutes d’oubli, ce passage à vide aura presque scellé le sort du match. Presque, car il aura également fallu l’aide du trio arbitral pour assurer la victoire à Évreux. Rendez-vous compte : il y eut 23 fautes sifflées contre les Ébroïciens alors que les joueurs de Laurent Foirest furent pénalisés à 32 reprises, sans compter la faute technique sifflée en toute fin de match pour décourager définitivement nos ujapistes.

On a coutume de dire que deux matchs ne sont jamais identiques et que la vérité d’une rencontre n’a souvent rien avoir avec la précédente. On a malgré tout un sentiment de déjà vu. Ce n’est pas sans rappeler ‘Le Jour sans Fin’, ce film dans lequel le héro revit chaque fois le même jour que la veille, comme un sempiternel recommencement. Cette fiction se termine bien. En sera-t-il de même pour la saison de notre équipe ?

Après 16 matchs disputés alors qu’il en reste encore 18, il est heureusement bien trop tôt pour augurer de l’épilogue de cette saison. L’avenir de l’UJAP en Pro B ne repose dorénavant plus que sur nous, mais également sur le parcours de nos adversaires directs.

La prochaine rencontre nous opposera justement à l’un d’entre eux. Il s’agit de Poitiers. Et cette fois-ci, il n’est pas question de bien jouer sans ramener la victoire !

Go UJAP !