Faire houille à Saint-Chamond

Visuel-annonce-saintchamondujap

Nos béliers s’entraînent actuellement en plein coeur du bassin houiller de la Loire, entre Lyon et Saint-Etienne. Ils s'apprêtent à y affronter la surprenante équipe de Saint-Chamond ce soir à la Halle André Bouloche.

 

Saint-Chamond est l’équipe qu’on n’attend jamais mais qui est toujours là. Comme de perpétuels optimistes qui auraient finalement toujours raison. Une méthode Coué qui marche véritablement. Quand tout le monde les voit descendre, ils se sauvent de justesse. Quand on les imagine dans la charrette avec les équipes de queue de peloton, ils se maintiennent aisément. Quand les prévisions les placent en milieu de tableau de Pro B, ils terminent en tête. Je n’ose imaginer le jour où les pronostics les placeront en haut de classement…

Il faut relativiser, c’est sûr. Le classement d’aujourd’hui n’est établi qu’après 4 journées de championnat. Il est bien loin d’avoir livré sa vérité de fin de saison. Mais quand même... Ils ne disposent que du 15ème budget de la division, ce qui justifie aisément le nom de leur président, Roger ‘Paour’, qui signifie ‘pauvre’ en Breton. Bon, là, je m’égare...

 

L'équipe du coach Alain Thinet a toutes les armes pour bien faire. Il n'y a pas de star dans l'équipe mais un collectif costaud. Très costaud même. Parmi les meilleurs joueurs, on distingue Mathieu Guichard et Jonathan Hoyaux qui forment une traction arrière des plus redoutées en Pro B. La raquette est confiée au Tunisien Makram Ben Romdhane. Meilleur rebondeur du championnat avec 12 prises par match, il est également le troisième joueur de la division à l’évaluation.

 

Cette équipe solide pourrait être comparée à un 'Saint-Chamond', nom donné au char d'assaut mis en service durant la première guerre mondiale. Son canon de 18mm a fait des ravages pour attaquer l'ennemi de loin. De près par contre, c'était beaucoup moins facile à manœuvrer, dans les tranchées particulièrement.

 

Nos béliers savent donc ce qu'ils ont à faire ce soir. Attaquer de près. Aller au contact et faire dérailler les chenilles, véritable talon d'Achille de ces chars. Valelicio n’a pas peur du combat rapproché. Kévin n’a peur de rien, Bryce non plus. En grands combattants, ils iront au mastic. Maxime guidera ses troupes selon les plans établis par notre stratège Laurent Foirest. Ils sauront se donner à fond et jouer en équipe, respecter les plans de jeux. Le sérieux et l’engagement observés lors du match de coupe face à Levallois poussent à l’optimisme.

 

Les joueurs y croient… et nous aussi !

 

War-raok UJAP !