Le débrief’ : Quimper – Gries Oberhoffen

 

Face à une équipe qui sait se montrer fort face "aux gros", l'UJAP Quimper n'était pas vraiment gâtée pour son match de rentrée. Mais si les joueurs de Gries avaient réussi à battre Souffel et surtout Blois à la maison, ils sont revenus bredouille de chacun de leurs voyages. Retour sur un match où nos béliers ont dû faire travailler leur matière Gries.

Le résumé du match :

Le match démarre vite, très vite avec un tempo important instauré par les hommes de Ludovic Pouillart. Privé de Saul Blanco, Gries débute tout de même le match avec deux espagnols dans le cinq de départ. Asier Zengo, seul rescapé de la saison dernière, a en effet été rejoint par Blanco et Josep Franch. Mais si Gries compte deux joueurs ibériques, c'est bien Ryan Reid qui va leur faire danser le flamenco dès l'entame. Inscrivant 6 des 8 premiers points de l'équipe, le pivot pose les bases directement. Dans cet élan, les quimpérois vont prendre jusqu'à 6 points d'avance (17-11) malgré les différentes rotations. "C'est la conséquence d'avoir un groupe homogène où tous les joueurs peuvent être une menace" confiait Laurent Foirest au coup de sifflet. Mais pourtant, les quimpérois vont connaître une phase de moins bien, permettant aux Alsaciens de revenir au score et même de passer devant. Ils termineront d'ailleurs le premier quart-temps avec 3 longueurs d'avance.

Mais quand Quimper connaît des lacunes en attaque, elle peut toujours compter sur sa défense. Moneke, toujours aussi bondissant, dissuade les pénétrations adverses et cela fonctionne. Après avoir connu une adresse insolente dans le premier quart, Gries connaît plus de difficultés derrière l'arc. Kevin Thalien en tête qui manque par 3 fois la cible. Mais alors qu'il ne restait que 100 secondes avant le passage aux vestiaires, les joueurs de Gries vont inscrire 10 points contre seulement 4 pour les Quimperois. Conséquence, les ujapistes qui disposaient d'une avance de 7 points se retrouvent avec seulement un point d'avance à la pause.

Une première mi-temps où l'adresse extérieure n'aura pas été de mise avec seulement 9% de réussite derrière l'arc. Mais Laurent Foirest s'est montré satisfait de la réaction de son équipe qui s'est davantage orientée vers un jeu offensif dans la peinture. Et comme dirait le grand joueur Laurent Sciarra, "tu donnes la balle dessous et tu laisses faire le grand mumuse avec la balle". Une preuve aussi que le QI basket de cette équipe est d'une richesse incroyable avec une belle alchimie entre des jeunes joueurs et d'autres plus expérimentés et toujours de bons conseils.

De retour sur le parquet, on ne reverra finalement qu'une seule équipe en deuxième mi-temps. Kevin Dinal, très percutant en première période, est vite sanctionné par des fautes qui vont l'empêcher de s'exprimer pleinement. Dinal qui confiait d'ailleurs en conférence de presse que la différence s'est faite à cause " d'un manque de tempo". Pouillart ne s'en cache pas, il revendique une philosophie de jeu d'une équipe qui joue vite et en contre-attaque. Et malheureusement pour eux et donc heureusement pour nos béliers, les Griesois se sont collés au rythme instauré par l'UJAP Quimper. Résultat, ils ne réalisaient que très peu de shoots en première intention et perdent le fil conducteur de ce qui a été imaginé par le coach. Une situation compliquée en attaque mais aussi en défense par un manque d'agressivité. Cela permet à Moneke, Dussoulier et Jackson de rentrer pratiquement tous leurs paniers. Ces 3-là seront d'ailleurs les seuls ujapistes à inscrire une marque à 2 chiffres. Et Quimper prend le large à l'aube du dernier acte.

10 minutes avant la fin, les hommes de Laurent Foirest possédaient effectivement 16 points d'avance sur leur adversaire du soir. Mais attention, ce n'était pas une raison pour se reposer sur ces lauriers. Torey et Charly donnent le rythme et cela paye, les griesois restent toujours à distance. Une satisfaction de plus donc pour notre coach avec un Torey Thomas qui se greffe de plus en plus à l'effectif. A noter aussi, la belle performance de son tandem Charly Pontens qui a réalisé son record en carrière à la passe avec 9 caviars. Sa dernière passe décisive au milieu du quart-temps 3 a été suivi d'un long run (15-2). Mais revenons sur le dernier quart-temps où nos joueurs nous ont encore fait peur avec le retour des verts et noirs au score. Cette fin de match ressemble un peu à celle vécu avant le passage du Père Noël contre Vichy. Mais il était trop tard pour eux, puisque le match se terminera sur le score de 86-76.

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Le 5 à la suite !!! (désolé Julien Lepers)

Une 5ème victoire consécutive pour notre équipe, une première en Pro B depuis la saison 2006-2007. Grâce à la défaite de Nantes la veille, Quimper avait la possibilité d'être seul deuxième. Et c'est chose faite avec cette magnifique victoire contre Gries-Oberhoffen. Mais un gros morceau attend les ujapistes samedi prochain. Nantes justement viendra se confronter à Quimper devant vous, le public de feu de la Pro B. Dans ce derby de l'Ouest, les nantais auront la possibilité de revenir au même bilan que Quimper alors que Quimper aura pour objectif de distancer encore plus ses voisins. Mais attention à Nancy et leur nouvel entraîneur François Peronnet qui ont désormais le même bilan que Nantes et donc une victoire de moins que l'UJAP. Réponse à ces questions à partir de vendredi.

Vous avez la possibilité de réserver votre place dès maintenant ! Les deux derniers matchs se sont joués à guichets fermés alors pourquoi pas une troisième fois ! : ➡️ https://actevents.fr/ujap-quimper/

 

Débrief par Etienne Le Pape

Jour
Heure
Minute
Seconde