Llez l’UJP !

Visuel-annonce-ujaplille

On est vendredi et les jours filent comme ce n'est plus permis. Que voulez-vous, nous sommes en novembre. Une nuit tombe si vite en ce moment qu'on ne voit plus le temps défiler... Vous vous dites peut-être que ce texte débute curieusement ? C'est juste. Et voici pourquoi : je vous écris sur un ordi qui ne dispose plus de toutes ses dents. Comprenez ses touches. Celle qui se situe à côté du Z, une des plus usitées est hors service. Elle ne répond plus. Je ne peux l'utiliser que lorsqu'elle est coiffée ainsi : "À".

Vous conviendrez que c'est complexe d'évoquer un sport ou une équipe qui comporte cette lettre en son nom: l'UJ_P et le b_sket... C'est terriblement difficile… donc trêve de pitrerie. Vous trouverez ci-dessous des mots pleins de bon sens de deux jeunes élèves que je dois surveiller ce vendredi. Et oui, c'est mon job...

Titouan : Le monsieur qui écrit des articles pour présenter les matchs de l'UJAP n'a plus de lettre « A » sur son clavier. Il nous a dit qu'il allait l'écrire quand même mais il a dû capituler lorsque le « S » et le « É » se sont mis à ne pas fonctionner non plus. Il faut dire pour sa défense que nous sommes en classe verte à Brasparts, en plein cœur des Monts d'Arrée et qu'avec un ordinateur aussi pourri, il n'arrivera jamais à rien. Rien à voir avec l'UJAP ! Laurent Foirest n'a pas un clavier pourri lorsqu'il doit pianoter depuis son banc. Ses joueurs répondent tous eux et c'est ce qui compte !

Naël : On sait que ce ne sera pas facile ce soir contre Lille mais on y croit dur comme faire. (Comme fer, pardon mais on n'a que 10 ans)

Titouan : Les quelques défaites qu'on a concédées l'ont été de très peu et il faut rappeler qu'à part lors des réceptions de Blois et de Levallois, l'UJAP n'a pas à domicile cette saison.

Naël : En plus on sait certaines choses…
Oui, on avait une veillée hier soir et une drôle de dame qui faisait un peu peur nous a raconté des histoire. Pour nos profs, ce sont de belles légendes mais pour elle, tout est vrai.
Ça parlait de korrigans qui affrontaient des trolls. Les korrigans, c'est breton et les trolls, ça vient de quelque part dans le Grand Nord.

Titouan : Bref, ça nous a fait penser à Quimper-Lille et devinez qui gagne dans l'histoire ?
En plus on sera là tous les deux ce soir et on va faire du bruit pour pousser l'équipe à la victoire.

Naël : Au fait, si on a pu écrire ces lignes avec des A, des S ou des É c'est parce qu'on sait utiliser le smartphone du monsieur… nous !