Love & Hate Story

Visuel-annonce-matchlujap-chartres
De la chaleur, il y en aura samedi. Le C'Chartres débarque dans notre salle Michel Gloaguen et ça augure d'une ambiance de feu.
On est tous d’accord sur la nécessité d’être décapant samedi face aux Chartrains. On aura besoin d’un grand Kévin, dont l’état d’esprit combattant se marie parfaitement à notre emblème, le bélier. Il faudra aussi un énorme Max pour guider les siens au summum de leur intensité. Bernard délivrera de la magie et Bryce sera au four et au moulin, enfin, au panier et au rebond. Lucas sera notre ange avec son jeu épuré plein d’efficacité et Thomas laissera éclater sa fougue en tuant les velléités adverses en défense. De son côté, Valdelicio remplira le rôle détesté des clients refoulés de boîte. Il sera le physio de la raquette. Tout le monde ne passera pas… encore moins s’ils portent des baskets.

Jimmy aussi ira au combat et Daryl fera valoir sa mobilité de danseur et son toucher de balle. Bref, ils seront tous fin prêts. Tous ?

Il y en a un que je n’ai pas mentionné. Oublié ? Sûrement pas ! Si je vous dis qu’on attend de lui qu’il mette les Chartrains dans le vent et qu’il leur dunke sur la tête. Il s’agit de… de…

Vous ne voyez pas ? Si je vous dis qu’il participera au prochain Jeep® DUNK CONTEST du All Star Game qui aura lieu le 29 décembre à l’AccorHotels Arena ?

Bien joué ! Il s’agit en effet de Travis Cohn !

 

En face, il y aura Chartres. Emmenés par leur coach Sébastien Lambert et son soldat Kévin Bichard, cette équipe nous aime à la folie. Depuis nos années Nationale 1, on est nombreux à penser qu’ils ont le béguin pour nous. Vous me direz que la dernière fois qu’ils étaient venus dans notre salle, ça ne s’était pas vu, que Bichard avait passé sa soirée à se faire huer. C’est vrai.

 

Mais l’amour emprunte parfois des chemins sinueux. D’une dispute sont parfois nées les plus belles romances. Vous êtes encore perplexes ?

Petit rappel :

- Mai 2017. Belle des quarts de finale des playoffs de Nationale 1, deux équipes donnent tout ce qu’elles ont pour tenter de passer en demi-finale. L’UJAP en avait plus dans le réservoir et dans les têtes. Elle se qualifie à domicile dans une salle Gloaguen transformée en chaudron irrespirable. En face Kévin Bichard donne tout. Il se fait siffler, conspuer à chaque fois qu’il touche la balle. Une haine est née. Entre l’amour et la haine, comme chacun sait, il n’y a qu’un pas. Nous remporterons les playoffs cette année-là et accéderons à la Pro B.

- Septembre 2017. Nous sommes en Pro B, pas eux. Ils ont redoublé. A l’image d’un redoublant perdant des yeux l’objet de son fantasme , les Chartrains tentent de nous en mettre plein la vue dès qu’ils en ont l’occasion. Ils profitent de la Coupe de France. Ces dragueurs roulent des mécaniques et s’imposent chez eux. Ils espèrent que ça aura eu de l’effet. Pas vraiment !

- Juin 2018. Chartres donne une claque à Lorient, voisin de l’UJAP, en finale des playoffs de N1. Ils accèdent enfin à la Pro B. De ça, ils s’en fichent un peu. Tout ce qu’ils veulent, c’est être avec nous. Alors attention !

 

Vous l’avez compris, à Chartres, ils nous aiment, ils nous kiffent, ils nous lovent depuis un moment. Ils espèrent qu’un jour où l’autre on craquera. Pas de bol, on n’en a cure d’eux. Ce qui nous importe, c’est le spectacle, le match et la victoire. Pour tout ça, on peut compter sur les joueurs de Laurent Foirest et sur un public qui saura être à son top dès l’entrée de Chartres !

 

A samedi !

 

War-raok an UJAP !