Mobilisation générale !

Visuel-annonce-caen

Cette semaine qui débute est particulièrement fastueuse pour les amateurs de basket que nous sommes. Il n’y aura pas un, mais deux matchs à la salle Michel Gloaguen cette semaine ! Soit plus encore que durant le mois de février où seule une rencontre face à Evreux est prévue. Ajoutez à cela que ces rencontres sont cruciales et vous avez le ton qui sied à l’importance de la situation : grave et sérieux !

 

Caen est dernier avec 3 victoires au compteur. Nous n’en avons qu’une de plus avec un match en retard à jouer à Paris. Une victoire normande en Cornouaille permettrait aux joueurs d’Antoine Michon de recoller au classement, voire pire en fonction du point-average. De notre côté, une victoire nous permettrait de prendre un précieux bol d’air en reléguant les Caennais à distance respectable au classement. Vous l’avez compris, ce match, en réalité, en vaut deux !

Ce sera également le cas de la rencontre de samedi face à Aix-Maurienne. Si les Savoyards sont bien placés au classement (8èmes), leurs défaites récentes face à Paris et à Caen justement montrent que tout ne va pas pour le mieux. Il n'est pas interdit que cette surprenante équipe vienne elle aussi se mêler au mini-championnat pour le maintien. C’est donc une rencontre qui là aussi en vaut deux.

 

Un match qui compte double mardi, un match qui compte double samedi. Si je compte bien, nous assisterons à deux matchs réels, mais quatre en ressenti !

 

Caen vit actuellement une crise particulièrement virulente. Si le coach concentre une bonne partie de la frustration des supporters, les joueurs ne sont pas épargnés pour autant. David Ramseyer et Pavel Marinov sont les deux seuls joueurs à ne pas être victimes des foudres des spectateurs. Une réaction est attendue de toute urgence de l’autre côté du Couesnon.

 

On souhaite le meilleur à nos amis Caennais. Mais pas ce soir ! Laurent Foirest et ses hommes ne laisseront transparaître aucune empathie sur le terrain. De nos gradins, nous serons là pour les galvaniser, pour transmettre notre force à nos guerriers et les mener vers une cruciale victoire !

 

Betek an trec’h !