Pour en finir avec les montagnes russes

Visuel-annonce-aix-ujap

Défaite, défaite, victoire, défaite, … Ras le bol de ces montagnes russes ! Alors quoi de mieux pour en finir que d’aller faire un petit tour dans les montagnes savoyardes ? Kenavo la Russie, Lunapark et autres manèges à sensations qui te trimballent en bas, te montent tout d’un coup là-haut avant de te faire redescendre aussi sec ! Comme il serait doux et bon de s’imposer à Aix-Maurienne, de confirmer la brillante victoire acquise face à Vichy-Clermont samedi dernier et de démarrer, pourquoi pas, une série positive.

On peut l’envisager. On peut l’espérer, mais le prévoir serait sûrement présomptueux. Aix-Maurienne fait partie du bas de tableau au classement. C’est vrai. Les joueurs de Fabien Romeyer n’ont glané que 6 succès jusqu’à présent, soit un de moins que nous. Mais attention, Aix-Maurienne reste et restera Aix-Maurienne ! Ce sont des champions en Pro B. Ils n’ont peut-être jamais gagné de titre à ce niveau mais leur longévité fait figure d’exemple. Alors que chaque année, les observateurs d’avant saison s’accordent pour les voir descendre, ils rempilent au même niveau l’année suivante. Hormis une petite descente, ça fait 26 ans que ça dure !

On peut légitimement dire de l'équipe savoyarde qu'elle est devenue experte dans l'art de se maintenir et de déjouer les pronostics pessimistes de début de saison.
Ils pourraient bien y arriver une nouvelle fois cette année. Il y a de forts joueurs dans l'équipe. Benoit Mbala est un réel danger dans la raquette. Kevin Corre est un pilier de la Pro B dont la légende n’est plus à faire et Jarred Ogungbemi-Jackson, un très bon meneur. Il y aussi l'« ancien », Karim Atamna, toujours vert malgré ses presque 38 printemps.

Le match face à Vichy fut magnifique avec une grande qualité de jeu et marqué par des ressources mentales solides. Captain Choplin a donné le LA. Ses coéquipiers l’ont suivi. Lucas, un écolo des temps modernes avec son jeu zéro déchet. Si Valdelicio fut bien pris par un, deux voire trois adversaires, c’est Kévin qui a fait monter la moutarde au nez des volcaniques Vichyssois et Travis Cohn qui fut le facteur X de ce duel. Ce fut un superbe match d’équipe. Un match référence ? Il faudra le prouver ce soir.

Mais attention, ce qui était vrai samedi dernier l’est aussi aujourd’hui. Cette vérité de la semaine dernière, c’est qu’un classement n’apporte aucune certitude sur le résultat. Ce qui était vrai et qui le restera toujours au basket, c’est que le score de départ est toujours de 0 à 0 et que la suite est toujours plus qu’aléatoire. Si quelqu’un veut des certitudes, ce n’est pas dans le basket qu’il va les trouver.

A quoi bon, me direz-vous écrire une preview dans ce cas -là, si aucune certitude n’est possible ? Vous auriez raison. De toute manière, cette ‘preview’, comme bon nombre d’autres avant elle, ne sert pas à grand-chose. Elle aura fait patienter les plus Aix-cités d’entre vous pendant quelques minutes en attendant le match. Voilà tout. Elle devrait même s’auto-détruire sitôt le coup d’envoi donné. De toute façon, au buzzer final, tout le monde l’aura oubliée.

La seule chose importante est de croire en eux. Ils nous ont prouvé qu’ils étaient capables de grandes choses. Chérissons les comme des frères, des enfants, des petits-enfants. Notre #Ujapfamily va écrire sa légende et c’est avec nos joueurs préférés qu’on est prêt à la vivre !

War-raok UJAP !