Preview : Denain – UJAP

Denain-UJAP

Ne jamais remettre à Denain ...

 

Et c'est pourtant demain, vendredi, que nos Béliers affronteront l'équipe de Denain. Ce club est une institution dans l'histoire du basket français. Fondé en 1947 par un enseignant de l'école Voltaire, il a, avec ses élèves, réalisé les plus grands exploits à l'échelle du basket français, allant jusqu'à remporter le titre de Champion de France en 1965. Ce ne sont plus des élèves de l'école Voltaire qui constituent cette équipe. Le temps de la professionnalisation est passé par là.

 

Dans l’effectif actuel il y a un King, Shawn de son prénom, originaire de Saint-Vincent-et-les Grenadines. Ce ne sont pas des petites grenades que cet intérieur à l’habitude d’envoyer. Il a pour habitude de dominer les paniers avec ses 208 cm et son envergure plus impressionnante encore. Il y a 5 ans sous les couleurs du Havre, il dominait la Pro A à l’évaluation. Mais ça c’était hier… et pas Denain !

 

Face à l’UJAP, s’il espère dominer la peinture comme il a l’habitude de le faire, il va devoir croiser les doigts en espérant que Chima soit cloué au lit avec 40 de fièvre et que Ryan et Pierre soient diminués par un rhume.

 

Les Denaisiens ont également dans leurs rangs un meneur époustouflant : Marquis Wright. Avec ses 23,5 d’évaluation moyenne sur les deux premiers matchs de saison régulière, ce jeune Américain sait conduire les siens à la victoire. Pierric Poupet (7 ans d'expérience en Pro A) sera à ses côtés pour apporter son expérience.

 

Comme si ce n’était pas assez, le coach Rémy Valin a ajouté quelques pépites à son effectif, comme le Jamaïcain De Lattibaudiere ou le Norvégien Ndow.

 

Résultat ? Après deux matchs de championnat, ils trônent à la première place aux côté de Blois, Nancy et Nantes. Leur dernière victoire fut obtenue avec autorité à Poitiers et ils comptent bien ne pas trembler un instant demain dans leur complexe sportif Jean Degros.

 

Tiens… Deux victoires… deux gros… deux nains… Il semble que tout aille par paire là-bas. Face à Paris, nos joueurs ont démontré qu’ils étaient munis de belles paires eux aussi. On peut donc s’attendre à un grand combat. Le leader ne nous fait pas peur et les joueurs de Laurent Foirest sont prêts pour un nouvel exploit.

 

War-raok an UJAP !