Preview Gries – UJAP

Visuel-annonce-gries-ujap

Après D (Denain), E (Evreux), c’est au tour du G de Gries Oberhoffen

 

Laurent Foirest et ses hommes ont quitté la Bretagne, direction l’Alsace et le petit village de Gries, là où les balades se font en famille, là où les habitants respirent le basket la semaine et le vivent intensément le week-end. Vendredi soir, nul doute que l’Espace Sport La Forêt résonnera comme à son habitude. Les 2750 habitants de Gries ajouté aux 3441 d’Oberhoffen forment une population inférieure à celle de Pont l’Abbé et pourtant...

Vous l’avez compris, Gries et Oberhoffen, c’est tout petit. Vu du ciel, avec un panorama entier sur le territoire alsacien, nos deux petites villes apparaissent comme deux petits points : le point O pour Oberhoffen et le point G pour Gries… Tout petit ! Si certains personnes affirment que la taille n’a pas d’importance, d’autres lui en reconnaissent une de taille.

 

Toutes proportions gardées, ça me rappelle un peu l’histoire des petits Orthéziens devenus grands d’Europe il y a quelques décennies. Dans un basket de plus en plus « friqué » et estampillé "buisness", on ne pensait pas pareil exploit renouvelable. Le basket de clocher était donné pour mort et enterré. Il devait laisser place aux grandes métropoles, Paris, Lyon, Marseille, Lille, Nantes, Strasbourg, Bordeaux, Toulouse… Si Lyon et Strasbourg ont effectivement des équipes au top, ce n’est pas - ou pas encore - le cas pour les autres villes mentionnées eut égard à leurs tailles.

 

Cette évolution paraissait pourtant inévitable aux yeux de la plupart des observateurs. C’était peut-être oublier qu’un club ne devient pas forcément grand parce qu’il réside dans une grande ville, avec un bassin de population important. C’est bien plus une affaire de passion qui va propulser une équipe en avant. La passion de dirigeants, celle de bénévoles et de partenaires, l’adhésion des joueurs au projet et surtout… et surtout la passion du public !

 

Nous, public ujapiste, ne serons pas en Alsace. En tout cas, nous n’y serons pas physiquement, car dans les têtes et dans les cœurs, beaucoup d’entre nous y seront. L’UJAP Family, née il y a quelques jours, vient apporter une nouvelle voix au sein de la galaxie UJAP. Cette voix, c’est celle de la passion indubitable, de la confiance et du partage avec les coachs, dirigeants et joueurs. Plus qu’une simple étincelle, cette association allumera un feu permanent qui, tel le phare d’ArMen saura guider nos Béliers sur les routes de Pro B. Et ce, même en Alsace, et ce, même à Gries !

Bonne route, bon match !

Bevet an UJAP !