Preview : UJAP – Antibes

UJAP-Antibes avec parrain

Les Dents de la Mer 5 à Michel Gloaguen

 

Tu as déjà vu un gros requin ? Non, je ne parle pas des requins pèlerins qui sillonnent nos côtes. Je ne parle pas non plus de gros financiers de Wall-Street, de la Défense ou de Kerfeunteun. Ici, il est question de vrais gros, gros requins, de monstres marins, des fameux « Sharks ».

 

Ils ont les dents longues ces Sharks d’Antibes et souhaitent s’en servir contre les autres petits et gros poissons de Pro B. Armés d’une ambition légitime, celle de remonter en Jeep Elite au plus vite, ils se sont hélas plus souvent cassés les dents qu’ils n’ont fait couler le sang de leurs adversaires. Ce début de championnat ne leur sourit pas avec 5 défaites en 7 rencontres de championnat. Remarque, sourire quand on se casse les dents, ce n’est pas toujours facile.

 

Attention toutefois, les requins ont plusieurs rangées de dents. Chez eux, quand ça casse, d’autres reviennent. C’est ce qui les pousse à voir l’avenir avec sérénité, avec l’espoir d’un sourire retrouvé. Il ont de nombreuses raisons d’avoir confiance.

- Ils ont effectué un parcours parfait en Leaders Cup. Ils sont d’ores et déjà qualifiés pour la finale de Disney.

- La première place au classement final du championnat ne garantit rien cette saison. Seul le vainqueur des playoffs accédera à l’élite. Rien ne sert donc de se presser. Il faudra avoir sa qualification en poche et être en grande forme au bon moment.

- Leur effectif est très appétissant. On trouve à la mène le Roko-requin-Leni Ukic. Cet international Croate passé par Vitoria, le Barça, Fenerbahce, Toronto et Milwaukee est sans conteste le plus beau CV du championnat. La raquette a été confiée au grand requin bleu, Tim Blue, dans sa huitième saison sur la Côte d’Azur et à Fernando Raposo. Nikola Antic a du beau matériel et devrait être en mesure d’éviter à ses sharks de boire la tasse trop souvent cette saison.

 

Chez les Béliers, tout va bien. Invaincus à domicile, ils n’ont pas peur de se mesurer à de gros requins. En préparation au match, ils ont visionné les quatre films de la série « Les Dents de la Mer ». Hormis le premier, réalisé par Spielberg, on ne peut pas dire que ce soient des chefs-d’œuvre du 7ème art. Peu nous importe, on aura remarqué que dans chaque film, à la fin, c’est le requin qui perd. Ce sera une nouvelle fois le cas samedi !

 

Kalon d’an UJAP !