Preview : UJAP – Poitiers

Visuel-annonce-ujap-poitiers

Yann-Reun sait

Demain soir se joue le dernier match de la saison à domicile. C'est l'équipe de Poitiers qui descend dans l'arène Gloaguen pour affronter nos béliers. Rudy Nelhomme vient se mesurer à Laurent Foirest, son collègue en EDF. Poitiers, ce sont de très bons souvenirs pour nous. Rencontrés à trois reprises cette année, Leaders Cup comprise, nous sommes repartis de ces rencontres avec deux victoires pour une seule défaite. Libérés, délivrés du spectre de la descente en Nationale 1, Maxime et ses coéquipiers entendent améliorer leur bilan face aux voisins du Futuroscope.

Il y a un an, on luttait contre eux pour entretenir l’espoir d’un maintien en Pro B. C’était l’avant dernière journée de la saison. C’est curieux non ? On retrouve les Poitevins, pile au même moment du calendrier cette saison. Vous croyez vraiment à un hasard ?

Yann-Reun n’y croit pas un seul instant. Ce pragmatique est un roi de la préparation. Il révise les matchs auxquels il va assister comme s’il était entraîneur. D’ailleurs, depuis qu’il est né prématuré, il est toujours en avance. Je l’ai surpris une fois à l’arrêt de bus, du côté de Kerlagatu. Le bus arrive, s’arrête. Le chauffeur déclenche l’ouverture de la porte. Il attend que Yann-Reun monte dedans mais ce dernier reste sur le trottoir et lui répond : « non non, je ne monte pas, je suis un peu trop en avance pour le prochain bus, voilà tout ! »

Vous l’avez situé Yann-Reun ? Vous voyez à quel point il est prévenant. Il y en a qui viennent aux matchs de basket pour vivre de belles sensations, être surpris… pas lui. Il n’ira pas voir un film sans en lire le synopsis détaillé. C’est un auto-spoiler, notre Yann-Reun. Alors il a collecté toutes les données statistiques de Poitiers, mis en miroir avec les nôtres. Il a pesé l’enjeu encore présent pour Poitiers face la sérénité du sentiment du travail accompli pour l’UJAP.

Je l’ai revu hier, au niveau de l’arrêt de bus. Je lui ai demandé son avis quant au match de ce soir. Il m’a simplement répondu par deux mots simples mais ô combien efficaces : « on gagne » ! Moi ça me va ! A samedi !

War-raok an UJAP ! Betek an trec'h !