Vendredi : UJAP-Hermine… Vous en frissonnez  ? Moi aussi !

Depuis notre retour en Pro B, ces derbys ont une saveur toute particulière. Qui sera le boss en Bretagne cette année ? Qui dominera le monde du basket de la Pointe du Raz au Mont Saint-Michel, de Clisson au pays des Abers ? Nous aurons un élément de réponse dès vendredi lors de la réception de l'Hermine dans notre salle Michel Gloaguen.

 

La saison dernière, nous avons assisté à deux affrontements très serrés, chaque équipe l'emportant de très peu en déplacement. L'UJAP et l'Hermine ont terminé très proches l'une de l'autre au verdict final, une seule victoire les séparant sur la ligne d'arrivée. Pourtant, les statuts des deux équipes à l'entame de la saison étaient différents. Nantes visait le très haut de tableau tandis que l'UJAP savait déjà qu'elle devrait batailler pour assurer son maintien. La réalité de la saison fut conforme à nos attentes mais fut une grande désillusion pour l'équipe de la cité du Château des Ducs de Bretagne.

 

La maison Nantaise a donc fait l'objet d'un grand chantier durant l'intersaison. En fait de restauration, ils ont carrément opté pour un déménagement dans une demeure plus spacieuse. Tout est presque neuf. Seules les solides poutres de l'an dernier, Ekperegin et Wilson ont été conservées. L'architecte Jean-Baptiste Le Crosnier n'y a pas touché. Pour le reste par contre, c'est du tout neuf, avec les arrivées de Négrobar et Niang pour l'intérieur et de Davis et Marshall pour les abords extérieurs.

 

La maison ujapiste a changé, elle aussi. Pas de déménagement pour l'instant, mais un chantier de rénovation a été conduit pendant l'été. Une salle rhabillée, fraîche, moderne, pimpante et pour résumer... sexy.

 

L'équipe a elle aussi été rénovée. Pas de chamboulement avec le maintien de quatre joueurs cadres mais les nouveaux arrivants apportent une indéniable valeur ajoutée. Un effectif bien habillé, frais, moderne, pimpant et pour résumer, une fois encore... sexy.

La finesse d'un jugement s'évalue à sa vérité, à ses conséquences. On peut juger de la qualité d'un recrutement lorsque la personne a donné satisfaction, lorsque son travail a été fructueux et que l'entreprise ou l'équipe a bénéficié de ses qualités.

 

Et pourtant, et pourtant... On est déjà nombreux à saliver sur la nouvelle mouture de l'UJAP cette année. On n'est pourtant qu'en septembre mais les noms et les pedigrees présentent particulièrement bien. Il faut ajouter que les matchs amicaux apportent leurs lots d'espoirs eux aussi et viennent confirmer les bonnes impressions apparues bien tôt cette saison. Le premier match officiel a bien eu lieu mardi soir. Même s'il ne s'agit « que » de la Coupe de France, l'UJAP a montré la force de son mental en s'imposant à Fougères alors qu'ils étaient menés à 4 dixièmes du buzzer final. Bernard King a revétu son costume de messie en montrant la voie à Douvier et en l'envoyant au alley-oop.

 

La Leaders Cup n'est pas prête à rendre son verdict. Elle ne le fera qu'en février, mais demain soir, on saura qui sera le leader breton du moment et quelle boisson on versera dans nos cups : cidre ou muscadet ? Moi, j'opterais volontiers pour une boisson à base de pommes. Et vous ?

photo d'équipe